L’ART DE MATERNER LA MÈRE

 

Le soutien postnatal – Un 4ÈME trimestre oublié

 

Depuis la nuit des temps et dans toutes les sociétés traditionnelles autour du globe, le repos postnatal était respecté et porté par l’ensemble de la communauté. Mais dans notre société « moderne », cette tradition s’est perdue. L’Ayurvéda, science yoguique millénaire, nous rappelle l’importance et la pertinence actuelle du soutien postnatal.

 

Cette période après l’accouchement s’appelle selon les pays : les «40 jours», «Sacred Window» (Fenêtre Sacrée), «Babymoon», ou encore le «4ème trimestre».

 

Fortes de notre expérience des « 40 jours », reconnaissantes d’avoir vécu le bonheur de pouvoir se consacrer totalement au bébé (et présence aux autres enfants), en confiant la maison à des mains bienveillantes, nous voulons la partager avec vous. Notre objectif est de redonner un élan de vie à cette pratique pour que chaque mère puisse savourer ce temps précieux avec son bébé.

 

CLIQUEZ SUR LES ONGLETS CI-DESSOUS POUR LIRE DAVANTAGE SUR LE SOUTIEN POSTNATAL :

  • LES 40 JOURS

    Après les 9 mois de gestation et d’évolution, l’enfant nait et le parent apparait. Accoucher et naître sont des évènements majeurs dont l’impact sur la vie d’une femme et du couple est souvent sous-estimé, et parfois submerge.

    Pendant la grossesse, la mère est suivie et accompagnée. Pendant l’accouchement, elle est entourée et encouragée. Mais dès le retour de la maternité, elle se retrouve souvent seule et isolée.

     

    Elle doit faire face à la révolution qui suit l’arrivée du bébé : l’ajustement au nouveau rythme de vie, la récupération physique après le « travail » de mettre un enfant au monde, l’allaitement, les changements hormonaux radicaux … et à toutes les exigences de la vie quotidienne… c’est trop !

     

    « Nous sommes l’égal des hommes, mais différentes. »

     

    Nous, les femmes modernes, nous cherchons l’indépendance et l’autonomie, gagnées après des siècles d’inégalités.

     

    Oublions-nous que notre corps-don féminin a une fonction indispensable qui est l’enfantement ? Et que suite à l’accouchement notre état requiert des conditions et des soins particuliers pour maintenir la santé, l’équilibre émotionnel et relationnel avec bébé, compagnon et enfants ainés ?

     

    Ces conditions sont nécessaires pour notre bien-être global, afin d’être « en forme » et bien s’occuper de nos enfants.

  • DONNER ET RECEVOIR

    Une mère qui accepte de recevoir une aide, a les ressources pour, à son tour, donner à son bébé des soins avec plus de facilité, patience et calme.

    Pendant le premières 6 semaines postnatales, la mère a besoin de repos afin de récupérer de l’intense travail de l’accouchement. Son bassin est en convalescence et elle ne doit rien porter sauf son nouveau-né pour retrouver sa solidité, l’utérus a aussi besoin de repos pour guérir la plaie causée par l’expulsion du placenta.

    Tous les changements physiques et hormonaux affectent l’état émotionnel de la nouvelle mère et la rend hypersensible et vulnérable.

    Après l’accouchement, la mère a besoin de se retrouver dans un environnement protégé, maternant et sécurisant.

     

  • LE BÉBÉ

    Après 9 mois passés dans l’utérus, l’enfant change « de planète » : il est séparé du sein maternel et cherche à retrouver l’unité avec sa mère.

    Le bébé doit désormais s’habituer aux nouveau fonctionnements de ses poumons et ses intestins, aux sensations polarisées de froid et chaud, de la faim et de la satiété, de la tété et de l’élimination, aux pôles jour/nuit, aux rythmes de sommeil/éveil, au toucher, à la lumière, aux sons et aux bruits.

    « Une boule de sensations »: le nouveau-né est un être extrêmement sensible aux stimuli sensoriels. Pour lui tous les sens sont amplifiés et il n’a aucun filtre, ni protection. Pour bien s’adapter, il a besoin de rester au calme pendant 6 semaines, lové dans l’aura de sa mère, rassuré par sa présence, dans un environnement serein, à la lumière tamisée et aux sons feutrés.

    À la demande : Si on est à l’écoute de ses besoins, et quand on respecte son rythme de tété, sommeil et câlins, le nouveau arrivé apprendra que la VIE EST BONNE.

     

    Une présence bienveillante et une totale disponibilité à ses besoins fréquents, pendant les premières semaines et mois de sa vie, donneront au nourrisson, une fondation de confiance et de sécurité pour son à-venir .

     

    Progressivement, l’enfant trouvera son rythme de sommeil et d’alimentation, sans forcer, sans violence.

    Plus tard, il/elle fera l’apprentissage de la frustration, et apprendra à différer les satisfactions.

     

    Mais soyons patients, chaque chose en son temps.

    Non, il ne sera pas « gâté pourri », si sa mère le prend dans ses bras et le nourrit jour et nuit à sa demande. Au contraire, il sera content et calme et aura les ressources pour affronter la vie.

    Cette période postnatale est fragile et délicate pour toutes les personnes concernées : la mère, le bébé, le père, les autres enfants.

  • LE STRESS POSTNATAL

    Des études récentes démontrent que 35 pourcent des femmes souffrent de symptômes liés au syndrome de stress post-traumatique suite à l’accouchement: fatigue, dépression, indifférence, hyperémotivité, angoisses, sentiment d’être débordée.

    Ce stress s’installe quand la mère n’est pas soutenue moralement et physiquement sur le plan des tâches quotidiennes, et n’est pas accompagnée dans la période d’adaptation et de convalescence.

    Nous savons qu’un nouveau-né ne distingue pas encore le rythme diurne du nocturne. Il se réveille toutes les 2 h environ pour téter.

    La mère ne dort alors que 2 heures consécutives d’affilée, ce qui l’épuise.

    L’Ayurveda explique que l’accouchement « a vidé » ses entrailles, et la mère a un excès de vata, élément air qui vient remplir les espaces auparavant remplis par le placenta, le bébé, le sac amniotique. Cela affaiblit son système immunitaire, la rend fragile et vulnérable sur tous le plans.

    La mère a besoin de soins adaptés, de nourriture adéquate et régulière, de massage bien-être, d’une présence de personne de confiance pour échanger et d’un soutien quotidien pour toutes les taches ménagères pour pouvoir investir toute son énergie dans le lien maman-bébé.

     

    Le lien d’attachement précoce entre une maman et son nourrisson est fondamental pour une vie heureuse et équilibrée.

     

    En l’absence de cette présence et aide, la mère risque d’être épuisée et en proie à la déprime. L’allaitement maternel sera moins facile à mettre en place, le lien mère–bébé sera affecté, et les relations conjugales et familiale fragilisées.

    C’est pourquoi il est indispensable d’organiser un soutien avant l’accouchement.

     

     

    Cette aide pourra être prodiguée par une personne qui se dédie pendant les 40 jours (ou moins) à être présente pour la mère et le bébé, la nourrir et l’aider à tenir la maison.

    Soit par un réseau social fait d’amies et membres de la famille, qui s’organise avec un coordinateur/rice pour couvrir toutes les tâches nécessaires: cuisine, courses, ménage, soutien aux autres enfants de la famille, massage, présence affective, etc.

     

    Vous pensez que cela est réaliste et réalisable?

    Nous aussi, car il n’est pas réaliste de continuer à ignorer le stress postnatal qui affecte tant de foyers et familles.

     

    Nous croyons qu’un changement de paradigme est possible.

    Nous croyons que les femmes et les hommes comprennent la réalité éprouvante et accepteront de s’ouvrir aux changements de mentalité, d’accepter de l’aide et de proposer de l’aide.

    Bien sûr, l’aidant sera une personne de confiance, formée, et les parents auront la possibilité d’échanger avec elle(s) et de choisir avant de s’engager.

     

     

  • LE PÈRE
    Le père est souvent de bonne volonté, il prend des congés pour être présent et actif à la maison, pour aider sa femme. Mais au bout d’une dizaine de jours il doit reprendre le travail, et la mère est vite débordée. Même si présent, le père peut bénéficier du soutien postnatal, afin d’être plus disponible pour son épouse et nouveau-né.

     

 

 

 

LE RÉSEAU DE SOUTIEN POSTNATAL :

 

DÉCOUVREZ LE RÉSEAU INTERNATIONAL DE SOUTIEN POSTNATAL

Le réseau de soutien postnatal est appelé en anglais PostNatal Support Network (PNSN). C‘est une organisation internationale, déclarée légalement en Angleterre sous le statut de « Charity ». Le Réseau de Soutien PostNatal propose de mettre en lien des familles en recherche d’aide postnatale et des personnes prêtes à rendre service.

 

logo du réseau de soutien postnatal

 

Loading Quotes...