Pourquoi pratiquer le Yoga prénatal ?

femme enceinte pratiquant le yogaLa grossesse apporte tant de transformations du corps, du sommeil, de l’appétit, du rythme travail & repos, des émotions, de la relation de couple, des habitudes sociales…

Le corps se modifie, comme une splendide pleine lune, il devient rond et généreux.

La femme enceinte est considérée dans les écritures anciennes comme étant « dans une parfaite plénitude ».

Dans l’état de l’attente de l’enfant, on lui conseille de prendre son temps, se reposer, marcher dans la nature, lire des textes inspirants, chanter, pratiquer du yoga, méditer, baigner dans la beauté et l’Amour, tout en restant active.

Bref, se consacrer à une vie de conscience élevée, car son bien-être corps/émotion/conscience influence son bébé-à-naître et lui donnera une solide fondation pour sa vie future.

Mais dans notre société moderne, où la femme travaille souvent pour gagner sa vie, il n’est pas aisé de prendre ce temps pour soi, alors que ô combien on en ressent le besoin.

La pratique du yoga pendant la grossesse – ne serait-ce qu’une heure et demie par semaine est une bouffée d’oxygène dans la vie trépidante.

C’est une fenêtre vers soi, afin de se connecter avec bébé, apprivoiser les transformations, se préparer à l’accouchement par ce temps d’exercices, de relaxation et de partage.

 

 

Pourquoi apprendre à respirer ?

femme pratiquant une respiration yoguiqueLa femme enceinte ne doit pas forcément manger pour deux, mais elle devrait définitivement respirer pour deux.

Parce que la respiration est souvent courte et superficielle et ne nous permet que de sur-vivre mais pas de vivre pleinement.

La respiration profonde apporte plus d’oxygène et de nutriments au bébé et à la mère.

La respiration dite « longue et profonde » calme le mental agité, facilite la patience, l’endurance, la relaxation, le sentiment d’apaisement et d’appartenance.

 

Pourquoi apprendre à méditer pendant la grossesse ?

femmes enceintes en méditationParce qu’un mental préparé reste focalisé et centré sur la respiration pendant les contractions. La méditation aide à traverser le processus avec un sentiment de présence et de force… et même de la joie et du Bien-Être.

Un mental non préparé peut se disperser, paniquer devant les fortes sensations nouvelles que vit la mère pendant l’accouchement.

Pendant l’accouchement, la concentration (sur un mantra, un son ou la respiration) et une respiration correcte favoriseront la sécrétion de l’hormone Ocytocine, responsable du travail de la dilatation, ainsi que la sécrétion de l’Endorphine, hormone à action contraire de l’Adrénaline, qui atténue la sensation de douleur et soutient l’intensité des contractions.

 

 

La préparation de l’accouchement :

Pour bien vivre l’expérience de l’accouchement, la mère doit être préparée, tout comme un coureur de marathon qui passe des mois à se préparer par des conseils d’alimentation, des exercices physiques et un travail sur le souffle. Il reçoit un accompagnement psychologique pour le sous-tenir avant, pendant et après le temps intensif de la course.

 

Et la mère alors?

Elle doit impérativement se préparer à ce grand marathon… quand le grand souffle de vie la traverse et fait pousser le bébé en dehors de son corps-don maternel.

Avec une bonne préparation et un accompagnement adéquat, l’intensité de ce travail peut être vécue sans souffrance. La pratique du yoga permet d’apprivoiser la puissance des contractions, gérer la peur et la traverser.

La pratique régulière de postures, d’exercices de souffle, de sons et de méditations donnent à la parturiente une confiance en elle, une capacité de concentration sur ce qui se passe en elle pendant l’accouchement. Elle se connectera plus facilement avec son enfant, son corps lui indiquera les postures qui favoriseront la dilatation et l’expulsion du bébé.

« Traverser un souffle à la fois, une contraction à la fois » apporte un sentiment de satisfaction et de force.

 

femmes enceintes pratiquant le yoga prénatal

 

Loading Quotes...